Partout dans le monde, des pays font le choix de rééquilibrer leur mix énergétique pour accroître leur part d’énergies renouvelables.

 
ARM-Ministres

De Gauche à Droite : Arnaud MINE (Président d’URBASOLAR et de SER-SOLER) – Delphine BATHO (Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie) – J.Louis BAL (Président du SER) – Nicole BRICQ (Ministre du Commerce Extérieur) Crédits photo : SER/Julien-Rene Jacques

De nombreux projets liés aux énergies renouvelables voient le jour un peu partout dans le monde. Pour exemple, le Plan solaire méditerranéen1 a pour objectif de développer l’énergie solaire à l’horizon 2020 en Algérie, au Maroc, en Tunisie et en Egypte, tandis que les Pays du Golfe mais aussi l’Inde, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Turquie, le Mexique… prévoient également de mettre l’accent sur les énergies renouvelables.

Fortement concerné par une mission de développement de la filière industrielle à l’export, Arnaud MINE est co-président de la marque France Solar Industry depuis début 2013.

La création de « France Solar Industry » pilotée par le Syndicat des Énergies Renouvelables (SER) vise à servir de vitrine à l’offre française et à fédérer les entreprises et les partenaires institutionnels derrière la promotion du savoir-faire français en matière d’énergie solaire. Il s’agit de se présenter de manière collective à la conquête de nouveaux marchés et de proposer des offres intégrées capables de rivaliser avec les principaux concurrents.

La marque se veut être la vitrine d’un savoir-faire français, toutes technologies confondues, en matière de production d’électricité solaire. Elle regroupe les entreprises françaises intervenant dans le solaire photovoltaïque, thermodynamique et photovoltaïque à concentration, membres du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

« L’énergie photovoltaïque est une énergie d’avenir. Elle répond à de nombreuses exigences environnementales, mais aussi économiques. Sur un marché français étroit, l’export est une nécessité pour les PME françaises qui disposent d’un savoir faire et de compétences fortes qu’il convient de saluer. Je suis donc très heureux qu’URBASOLAR participe à ces futurs groupements qui je l’espère augureront de bien d’autres opportunités hors de nos frontières » déclare Arnaud Mine.